• Vercors Vol Libre
    Vercors Vol Libre
  • Vercors Vol Libre
    Vercors Vol Libre
  • Vercors Vol Libre
    Vercors Vol Libre
  • Vercors Vol Libre
    Vercors Vol Libre
  • Vercors Vol Libre
    Vercors Vol Libre
  • Vercors Vol Libre
    Vercors Vol Libre
  • Vercors Vol Libre
    Vercors Vol Libre
  • Vercors Vol Libre
    Vercors Vol Libre

Inventer un avion n'est rien.
Le construire
est un début.

Voler c'est tout.
Otto Lilienthal

Salut à tous, Je viens vous faire baver un peu ; donc commençons par le début : Etienne a retenu un super gîte à COLFOSCO à côté de CORVARA. La région est très belle et comme il ne faisait pas très beau au début, on en profité pour faire des randos avec les femmes mais pour ce qui est de voler en delta à cet endroit, macacheoualou, c'est fait pour le parapente car on peut monter au déco avec les oeufs mais pas nous et les chemins menant aux différents décos sont interdits à tout véhicule.


A force de regarder voler les parapentistes qui se goinfraient, on a fini par demander à un certain Alex qui fait des vols biplace du matin au soir avec quelques complices, qu'il nous monte à un déco avec son gros 4X4 car lui a l'autorisation. On a mis les ailes tant bien que mal (plutôt mal) sur le toît et il nous a déposés (Alain, Michel, Etienne et moi) vers 2000 mètres puis il est parti. On a mis un moment pour essayer de trouver un déco, on a descendu les ailes assez bas pour finalement renoncer à voler tellement les éventuels décos étaient dangereux alors on a rappelé Alex qui est venu nous récupérer et on est rentrés tout penauds la queue entre les jambes (on a payé l'aller et le retour) mais on ne s'est pas fait mal car si on avait décollé on risquait notre peau. On en a quand même bavé pour remonter les ailes sur le chemin mais ça nous a fait de l'exercice. Le vendredi, j'en avais marre et j'ai décidé d'aller à CAMPITELLO où il y a un téléphérique qui vous hisse au col Rodella à 2380 mètres avec les deltas. (12 km de Corvara en vol mais une heure de route) Tous les récits de vol en delta que j'ai lus et que j'ai diffusés se sont passés à cet endroit. Michel et Etienne sont venus aussi. Alain est reparti ce jour-là sans voler. Etienne a fait un beau vol, moi je me suis bagarré pendant 45 minutes sans trouver quelque chose de sérieux et Michel encore moins. On ne pouvait pas rester la-dessus et on a remis ça samedi et là ça a été l'apothéose. Michel a bien volé mais je lui laisse le soin de le relater. Michel est parti vers l'Ouest et moi vers l'Est sans tenir compte des recommandations de Etienne et bien m'en a pris car je suis monté à 3566 mètres et là, quel spectacle extraordinaire, je dominais tout le massif des Dolomites, je voyais même les reliefs Autrichiens. J'ai survolé le "Gruppo Del Sella" qui culmine à 3151 mètres et qui posséde plusieurs étages presque plats où j'ai vu des gens dessus. Pendant que j'enroulais le thermique pour y grimper, j'ai vu une meute de loups me foncer dessus avec des voiles muticolores qui sont venus manger dans ma gamelle et ça leur a réussi car tous les parapentes sont également passés sur ce relief Puis je me suis dirigé vers le sommet mytique des Dolomites, la Mamolata qui culmine à 3343 mètres, recouverte d'un glacier et comme il n'y avait pas d'ascendance à chaque coin de rue, mon altitude baissait et je me suis contenté de lécher les pieds de la grande dame sans pouvoir survoler le glacier mais je l'ai vu de près ainsi que le lac de Fedaia. Malgré l'euphorie du vol et du spectacle, la raison a repris le dessus et j'ai fait demi-tour avant qu'il ne soit trop tard car ce relief est gardé par de solides gaillards aux pointes acérées qui ne demandent qu'à déchiqueter tout pilotes imprudent qui s'avanturerait trop bas alors j'ai fait demi-tour et j'ai repris un thermique qui m'a permis d'aller faire un tour vers le déco et vers le Sasso lungo puis je me suis laissé planer pendant un bon moment car j'étais à 2700 mètres et l'atterro aux environs de 1400 mètres, ce qui m'a laissé le temps de déguster ce que je venais de voir ; le plus beau vol de ma vie pour l'extraordinaire paysage. Mais tout à une fin, il fallait rejoindre la planéte et je voulais me poser près de Michel mais quand je faisais mon approche, il "pleuvait" des parapentes et des deltas si bien que je me suis posé dans un pré à côté de peur d'en percuter un mais c'était une mauvaise pioche car il y avait du vent qui provoquait des rouleaux derrière les arbres et vers 15 mètres sol, j'ai densé dans tous les sens à tel point que je me demandais bien comment ça allait se terminer et l'aile a fini sur le nez sans bobo. OUF. J'ai volé 1h43 dans des conditions pas trop brutales (ascendances à + 4,8 m/s, descendances à - 6,7 m/s) Le lendemain dimanche nous sommes partis aux antipodes, à Venise mais c'est une autre histoire et je ne suis pas sûr que les vols étaient possibles car il avait des cumulus humilis et des congestus qui fleurissaient sur les Dolomites. NOTA : Dans cette région riche on sent l'influence "Teutonne" où tout est réglementé, privé, interdit, payant mais on se sent en sécurité du moins en ce qui me concerne et aussi étrange que ça puisse paraître, surplombant CORVARA, on a eu la surprise de trouver un parking gratuit réservé aux camping-cars avec une vue extraordinaire. On y a passé plusieurs nuits avec Michel ainsi qu'à CAMPITELLO au pied du téléphérique. C'est à savoir. Je n'ai malheureusement pas de photo en vol car j'avais fixé un camescope sur un montant de trapèze et la sa......pe n'a fonctionné que pendant 12 minutes alors qu'elle aurait pû filmer pendant trois heures. Les boules. Selon la tradition Dolomitienne, on était tellement ravis de notre vol qu'on s'est embrassés avec Michel à l'atterro. Gérard
Retrouvez-nous sur Facebook
Retrouvez-nous sur Twitter